Prochaine permanence lundi 5 septembre 2016,

de 19h30 à 21h30 au 8 rue des Dunes 75019 Paris, dans les locaux d’Act Up (M° Belleville ou Pyrénées).
D’ici là les Archives continuent de travailler, alors vous pouvez envoyer des messages.
Bon été.

N’avoue jamais, jamais, jamais
ou La fiction cinématographique fournit-elle de bons alibis

Projection surprise, dans le cadre de la permanence du 4 juillet 2016,
au 8 rue des Dunes 75019 Paris, dans les locaux d’Act Up (M° Belleville ou Pyrénées).
La permanence commence à 19h30, la projection à 20h30.

Les permanences ont lieu habituellement le premier lundi de chaque mois, attention, pas de permanence en août.

N’avoue jamais, jamais, jamais - Teaser from Archives Getaway on Vimeo.

Exceptionnellement, un montage sur la question de l’interrogatoire, face à la police et à la justice, mais aussi plus généralement face aux institutions et dans la vie quotidienne, sera projeté pendant la permanence des Archives Getaway, à partir de 20h30. La projection sera suivie d’une discussion. Ce montage de 45 minutes intitulé N’avoue jamais, jamais, jamais ou La fiction cinématographique fournit-elle de bons alibis est projeté dans la perspective de réfléchir ensemble à ce qui se joue dans un interrogatoire, pour trouver des moyens de s’en sortir au mieux. L’idée serait de tenter un autre mode de transmission qui, à la différence des guides, permettrait de poser des problèmes plus que d’en donner une résolution préétablie : en effet, les interrogatoires sont des situations où chacun se retrouve isolé et où tous les guides et conseils en tous genres peuvent vite se retrouver en décalage avec les questions réelles. La proposition, avec ce montage, est de se permettre un peu de recul pour réfléchir à la question, avec des éléments accessibles à tout un chacun et pris sous différents angles.

La permanence commence à 19h30, on peut y rencontrer des participants au projet et discuter des travaux en cours : groupe bidonvilles, reprise du travail sur le cinéma militant ou l’intervention par l’image, poursuite du travail sur la défense, et du Groupe d’Auto-formation Collective ( les précisions, et détails sont mis, au fur et à mesure sur sur la page d’accueil du site des Archives), réunions ouvertes, ciné-club (pas de séances programmée pour l’instant), … ou même du projet des Archives en général et de ce qu’il permet ou peut abriter comme possibles, ou encore de ce qu’il vous plaira.

C’est aussi l’occasion, pour qui le souhaite, d’apporter propositions, questions, et matériaux, tous bienvenus.

Si vous souhaitez que l’on prépare quelque chose de particulier vous pouvez nous prévenir de votre venue par mail en précisant l’objet de votre visite. Quoi qu’il en soit le texte qui présente le fonctionnement des Archives sera disponible.

À lundi 4 si vous le voulez bien.


Ce que Getaway propose, c’est un cadre où pourrait exister de la réflexion et de l’élaboration collective ; un modeste creuset pour le bouillonnement révolutionnaire. En attendant d’en être au régime de croisière, la prochaine occasion sera autour de la question de « Se défendre », en suivant un fil tissé depuis l’inauguration des Archives en 2012 jusqu’aux rencontres de juin dernier. C’est le moment pour tous ceux qui le souhaitent de venir rejoindre le Groupe d’Auto-formation Collective, cycle commencé en région parisienne en février 2016. Les textes à partir desquels nous discuterons sont disponibles en version papier (à la permanence par exemple) ou en pdf.

GROUPE D’AUTO-FORMATION COLLECTIVE

Se Défendre,
contrairement à ce qui était initiallement prévu la quatrième séance n’aura pas lieu avant septembre

La dernière était : Quelles solidarités avec les lycéens
face aux répressions passées et en cours


Les deux séances précédentes ont été consacrées à des réflexions générales autour de ce que Se défendre peut vouloir dire et à la possibilité d’établir des typologies d’attitudes aux procès pour comprendre ce qu’elles impliquent et à quoi elles engagent, à partir d’extraits de la liasse 8. Le projet de ce dimanche est, en quelque sorte, et vu le contexte actuel de s’intéresser aux travaux pratiques.


On s’appuiera sur divers extraits de la liasse 9, CES Pailleron, restituant certains éléments de la défense des lycéens poursuivis pour l’incendie de leur lycée en 1973 pour discuter des modalités possibles de la défense nécessaire des lycéens d’aujourd’hui menacés de poursuites, pour ce genre de motifs ou d’autres, dans le cadre de la mobilisation contre la Loi Travail.


Partir de la lecture de ces textes, c’est aussi se laisser la possibilité d’en partir justement, particulièrement cette fois peut-être, pour aborder avec un peu plus de recul la solidarité face à la répression, et son intensification nécessaire.


Pour accéder aux textes dont il sera question le 29 mai, cliquez sur la vignette ci-dessous :

Liasse 9 - CES Pailleron {PDF} Liasse 9 - CES Pailleron




Pour prendre connaissance des matériaux discutés lors de la seconde séance (l’imposition est prête à l’impression) :

Groupe d'Auto-formation Collective - Se Défendre 2 {PDF} Groupe d’Auto-formation Collective - Se Défendre 2

Pour prendre connaissance des matériaux discutés lors de la premières séance :

Groupe d'Auto-formation Collective - Se Défendre 1 {PDF} Groupe d’Auto-formation Collective - Se Défendre 1

RAS LE BOL DE GRATTER ?
DEMANDEZ LE TRACT !

Un tract collecté il y a peu, datant d’après ce qu’on en sait du 1er mai 1973, a été rediffusé pendant la manifestation parisienne du 1er mai 2014. Le tract original était ronéotypé à l’encre noire, il a été imprimé pour sa diffusion actuelle en typographie avec un cliché polymère, ce qui a permis sa couleur orange, celle de sa nouvelle vie…

Pour consulter ce tract en ligne et le télécharger c’est ici.

Nous collectons des tracts, brochures, affiches, livres, objets, sons, images, films liés aux luttes sociales et groupes révolutionnaires. Notre intérêt se porte sur la période allant des années 60 à aujourd’hui, sur ce qui s’est produit au plus près des luttes, qui émane principalement de collectifs éphémères et de mouvements tendant à dépasser le cadre des partis et syndicats, et qui donc, bien plus que les livres édités, est amené à disparaître si on n’en organise pas la conservation.

À partir de ces matériaux nous proposons d’organiser du travail collectif, public quand cela s’y prête, que cela soit pour enquêter à partir de documents, vérifier ou invalider une hypothèse, élaborer l’édition ou la réédition d’un texte, écrire un fragment de l’histoire des luttes.

Une brochure de présentation et d’invitation au projet est diffusée en version papier, elle est aussi consultable ici.

Le week-end du 15 et 16 décembre 2012, a eu lieu la première initiative publique des archives. Pour plus d’informations, consulter la rubrique Inauguration. Nous avons depuis décidé d’organiser des rencontres régulières. Les premières ont eu lieu le 1er juillet 2013 autour des radios pirates, libres, de lutte, de mouvement… Les deuxièmes autour du cinéma militant et de l’intervention par l’image se sont déroulées les 9, 10 et 11 novembre 2013. Les troisièmes autour des bidonvilles, le 29 mars 2014, il s’agissait de dresser un panorama des bidonvilles dans les années 60 et 70, en essayant également de percevoir ce qui rapprochait et distinguait les bidonvilles d’hier et d’aujourd’hui. Elles prenaient place dans le cadre du travail mené par le groupe de travail bidonvilles. A chaque rencontres, des Liasses ont été produites et diffusées pour aider à ce que des choses s’élaborent collectivement sur le moment.

Pour être systématiquement tenu au courant des initiatives des Archives vous pouvez remplir le formulaire pour être inscrit à la liste d’information.

CINE-CLUB ITINERANT

Un rendez-vous régulier pour regarder et écouter des éléments collectés ou rencontrés, des films, des images ou des sons, peut-être aussi d’autres supports, dans des lieux variés

La dernière séance était le vendredi 15 janvier 2016

à partir de 18h30

Pas de nouvelle séance programmée pour l’instant, surtout faute de temps pour trouver des salles intéressantes où il est possible de projeter gratuitement.
Peut être une projection du montage N’avoue jamais, jamais, jamais dans le courant du mois de mai, pour discuter de ce dispositif particulier qu’est l’interrogatoire, comment y faire face et reprendre le dessus, comment s’y préparer, comment transmettre de l’expérience à ceux qui en auraient besoin.

au 393 rue de Vaugirard, au Lycée Autogéré de Paris, M° Convention ou Porte de Versailles

Projection de Drôle de drame suivi d’un court montage in progress de scènes d’interrogatoires : N’avoue jamais, jamais, jamais… ou La fiction cinématographique fournit-elle de bons alibis ?


S’il faut donner quelques raisons de projeter ce film, ce n’est pas tant pour justifier la programmation du jour, mais plutôt pour proposer quelques perspectives et pistes de réflexions, à rediscuter ou pas après la projection, et ainsi dérouler quelques unes des raisons de venir même si : le 15ème c’est loin, il fait froid, on l’a peut-être déjà vu et on s’en souvient vaguement, « bizarre, vous avez dit bizarre » on connaît, c’est un vieux film en noir et blanc et on l’a regardé il y a longtemps à la télé en famille. Bref, autant de mauvaises raisons de ne pas se déplacer.

D’abord, par ces projections dans le cadre du ciné-club, il ne s’agit pas tant de voir les films que de les voir ensemble, d’en penser quelque chose, et de proposer à l’adoption les regards subversifs qu’on peut leur porter.

Et puis, dans le mille-feuille formidable de ce film, on trouvera entre autres, pêle-mêle mais bien agencés : une critique de la morale religieuse, des logiques et pratiques policières, du sens commun de la saloperie toujours prêt à lyncher le premier coupable qu’on lui fabrique, des attaques acides contre la tartufferie qui consiste à se considérer l’auteur de quelque chose, un tueur de tueur bien serviable, des mimosas, un journaliste qui travaille en dormant, dialectisant ainsi une des contradictions du mouvement ouvrier, entre stakhanovisme et droit à la paresse, et le tout, justement en noir et blanc, alors que c’est bien la couleur qui est aujourd’hui banale et dont le tapageur imitatif est lassant.

Dans une époque plus que maussade, étouffés entre la défense du drapeau et celle du religieux, alors que certains pensent qu’on y gagne à prendre parti imaginairement pour l’une de ces deux bannières au lieu d’ouvrir des perspectives révolutionnaires, le 15 janvier, venez donc plutôt voir Drôle de drame, un film tellement d’avant garde qu’il est sans doute encore en avance sur aujourd’hui et invite à déserter l’époque autant qu’il le faudra. Et puis c’est pas si souvent qu’un drame est drôle et qu’on peut en rire franchement, et en bonne compagnie.

Projection et discussion le 9 juillet, 19h30, au KIOSK (Toulouse),
suite à l’Auto-formation Collective


Blue Collar
Paul Schrader, 1978, 114, tourné en 35mm
Dans le bastion de l’industrie automobile de Detroit, 3 prolos figurant une classe ouvrière pas homogène, pas moralisée, pas zélée au travail, se révoltent à leur manière contre l’usine et ses cadences, le pouvoir du syndicat, contre le travail et la vie qui va avec. Un film culte de l’autonomie (française fin 70, début 80), paraît-il.

QUATRIEMES RENCONTRES – SE DEFENDRE

Les quatrièmes rencontres des Archives ont eu lieu les 27 et 28 juin,
le programme est consultable ici.
Pour écouter la liasse sonore en constitution c’est par .
Pour consulter la nouvelle liasse, rendez-vous
en bas de la rubrique liasses, ou en bas du programme.


Elles se sont tenues au 5, rue de la Révolution, à Comme Vous Emoi à Montreuil (93) — M° Robespierre ou Croix de Chavaux.


Un chantier sur la question de la défense, dans un premier temps celle face à la police et la justice, a commencé depuis l’inauguration des Archives. Dans l’Invitation nous avions rediffusé le Manuel de l’Arrêté, publié en 1972 par le groupe Défense Collective, sous forme de fac-similé, et une première liasse sur le sujet avait été produite pour l’inauguration. La question qui se pose tout au long de ce travail, et à l’occasion de ces rencontres peut se formuler ainsi : quelles sont les propositions et formes d’organisation qui ont vu le jour dans les défenses dites de rupture, active, collective, militante, libre… face à la police et à la justice, mais aussi plus largement ? Depuis aujourd’hui et pour plus tard, retour sur les années 60-70-80.


Ce dernier week-end de juin était l’occasion d’un moment de travail public, de réflexion collective, autour de cette question. Les rencontres ont ponctuées ce chantier en cours, il s’agissait de permettre de restituer ses avancées, de l’ouvrir publiquement pour élaborer ensemble. Le travail sur la défense se poursuit.

Exposition à St Denis

Les Archives ont été invitées à prendre part à une exposition à St Denis dans un espace lié au musée d’art et d’histoire et exposant habituellement des choses autour des « arts visuels », c’est un lieu usuellement dédié à l’art contemporain. Nous avons travaillé sur 3 sujets qui ne seront pas inconnus à ceux qui ont participé aux rencontres précédentes ou qui ont lu les liasses.
Les choses seront présentées sous forme de « tables », une est sur Radio Alice et les radios pirates, une autre est sur le Collectif Mohamed, une troisième sur l’Affaire Hurst et Libérons l’école. Le travail sur cette exposition nous a permis de reprendre et de développer ces trois chantiers.
L’exposition, dont le titre général est « Or il fut un temps passé où le futur était présent » a eu lieu du 27 mars au 4 mai 2015, dans le bâtiment (La Chapelle Vidéo) qui se trouve accolé au musée d’art et d’histoire de St Denis.

L’exposition de Saint-Denis s’est terminée : le dimanche 3 mai s’est tenue la dernière permanence, qui a été l’occasion d’une rencontre et d’une discussion de bilan et de perspectives, par exemple dans l’idée de montrer l’exposition sous la même forme ou sous une autre, à l’avenir, dans d’autres lieux.

Les liasses et l’Invitation ont été réimprimés et étaient disponibles sur place pendant le déroulement de l’exposition.

Suite à une panne de disque-dur chez notre hébergeur fin septembre, nous avons perdu tout le contenu de notre boîte mail de façon définitive. Pour renouer le fil des échanges dont pour la plupart nous n’avons plus trace écrite, nous appellons tous ceux ayant entrenu une correspondance avec nous avant le 20 septembre 2014 à nous renvoyer ces échanges, même si il ne s’agit que d’un seul mail. Pour cela, le plus simple est de nous transférer directement les mails tels quels à l’adresse facon.puzzle@inventati.org, sinon écrivez-nous ici.

Comme les murs l’ont souvent dit pour nous : « Il faut d’ailleurs reprendre presque tout à zéro, camarades,… »